Emeutes à Villiers-le-Bel: le grand désordre policier

Manque d'effectifs, manque de coordination, des manœuvres mal ou non dirigées, des ordres et des contre-ordres en pagaille: retour sur les affrontements de Villiers-le-Bel de novembre 2007, et l'étonnante désorganisation policière à l'origine des deux rapports internes révélés par Mediapart ce 18 mars.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Les deux rapports de police, révélés ce matin par Mediapart, sont centrés sur les événements violents de Villiers-le-Bel, survenus à la suite du choc mortel de deux adolescents à moto et d’une voiture de police, le 25 novembre 2007. En un sens, ils sont accablants pour les forces de l’ordre. Du moins, sur le volet gestion de crise. Ils expliquent en partie pourquoi les deux premiers soirs, et cela n’avait jamais été dit, il y eut tant de blessés chez les policiers par tirs de plomb de chasse ou de grenaille : soixante-quinze, selon un comptage définitif.
Un passage de la note de la Direction centrale des CRS résume l’ambiance qui règne alors dans les rangs policiers. «Des moyens tactiques fondamentaux, l’information est celui qui fait le plus défaut aux compagnies, condamnées à détecter les pièges en tombant dedans. A de nombreuses reprises, la possession d’une information même très sommaire sur le position des regroupements adverses aurait été de nature à inverser le rapport de force.»
C’est en fait le rapport de synthèse de la Direction centrale de la Sécurité publique (DCSP) qui est le plus précis. Le plus minutieux. Le plus chronologique. Logique: son auteur, Eric Le Douaron, souhaite que ses services soient mis en avant sur les questions de maintien de l’ordre. Alors, il se dédouane et charge… ses collègues. D’abord, le moment du début des troubles : «Peu avant 17h, il s’agit pour la sécurité publique du créneau horaire le plus critique, celui où la présence des effectifs est la plus tenue».Une première compagnie de CRS arrive sur Villiers-le-Bel à 19h31, une autre à 20h, une troisième à 20h18.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Conjoncture — Analyse
par Romaric Godin
Climat — Parti pris
par Mickaël Correia
Écologie — Reportage
par Daphné Gastaldi (We Report)
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

IVG, la régression venue des États-Unis — Reportage
Le Kansas vote en faveur de la protection de l’avortement
Mardi 2 août, une majorité d’électeurs de l’État américain du Midwest a rejeté un amendement à la Constitution locale qui aurait permis la restriction, voire l’interdiction, du droit à l’avortement. Il s’agissait du premier test électoral depuis la révocation de l’arrêt « Roe v. Wade » en juin.
par Alexis Buisson
Asie — Analyse
En Chine, la crise immobilière prend de l’ampleur
À la suite d’une révolte des emprunteurs, le pouvoir a dû réagir pour stabiliser la situation, mais le vrai problème reste son incapacité à construire un nouveau modèle économique.
par Romaric Godin
Proche-Orient — Reportage
En Cisjordanie occupée, une opération massive de « colonisation sauvage »
Le 20 juillet, des milliers de colons israéliens se sont donné rendez-vous aux quatre coins de la Cisjordanie pour y créer dix nouveaux avant-postes en une soirée, espérant influencer la politique du gouvernement. Au grand dam des Palestiniens, qui voient de plus en plus de terres confisquées, et la violence des colons s’intensifier.
par Alice Froussard
Climat — Entretien
Vagues de chaleur marine : « L’océan traité comme une poubelle géante pour le CO2 »
Les vagues de chaleur océanique s’intensifient, comme l’alerte la climatologue du Giec Valérie Masson-Delmotte. Elles causent le blanchissement et la dégradation des récifs coralliens, la mortalité de masse d’oiseaux marins, mais aussi des risques pour la santé humaine à cause de la prolifération d’algues toxiques.
par Sophie Boutboul