Débranchons Christian Estrosi

Par

Passé maître dans l'art du grand n'importe quoi, le député et maire UMP de Nice Christian Estrosi s'est encore tristement illustré en s'exprimant sur l'affaire Zyed et Bouna. Les médias relaient ses inepties. La droite, gênée aux entournures, laisse tout de même faire. Et lui s'offre un énième coup de com’.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il s’est embrouillé. Il a confondu. Il a chuté sur sa droite. Depuis que Christian Estrosi s’est exprimé, ce mardi 19 mai au matin, sur la relaxe des deux policiers jugés pour “non-assistance à personnes en danger” après la mort de Zyed et Bouna à Clichy-sous-Bois, en 2005, chacun y est allé de son interprétation. Le député et maire UMP de Nice (Alpes-Maritimes), ancien ministre de Nicolas Sarkozy, qualifiant les deux jeunes de « délinquants » parce qu’ils étaient « en excès de vitesse » – alors qu’ils étaient à pied et qu'ils ne faisaient rien de mal –, cela doit forcément avoir une explication tangible.