Pourquoi Macron abuse des références à la Seconde Guerre mondiale

Par

Depuis la campagne présidentielle, et plus encore depuis le début du mouvement des « gilets jaunes », le chef de l’État et des membres de son gouvernement multiplient les parallèles douteux. Un procédé communément appelé « loi de Godwin », qui révèle en creux la faiblesse de certains discours politiques.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Emmanuel Macron avait donné le ton dès le mois d’octobre 2018. Dans un entretien accordé à Ouest-France quelques jours avant que ne démarrent les commémorations du centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale et qu’il ne s’embourbe tout seul dans une polémique sur le maréchal Pétain, le président de la République avait expliqué être « frappé par la ressemblance entre le moment que nous vivons et celui de l’entre-deux-guerres ».