A Angoulême, le futur système de retraite en quête de «confiance»

Par

Dans un des huit « ateliers citoyens » organisés par le gouvernement pour débattre de la réforme des retraites, les participants ont été plutôt séduits par le discours du haut-commissaire Jean-Paul Delevoye. Mais ils hésitent à le croire lorsqu'il promet que le régime « universel », par point, sera « stable, cohérent et juste ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Angoulême (Charente), envoyé spécial.- Le petit film est léché et le propos on ne peut plus clair. Mercredi 17 octobre, sur l’écran de projection de la salle de conférence de l’hôtel Mercure de Poitiers, « Alain, retraité », critique « un système figé, qui est principalement géré par des corporatismes ». Quelques jours plus tôt, Alain a été l’un des participants à l’« atelier participatif » de Strasbourg, organisé par le haut-commissariat à la réforme des retraites. L’occasion était donnée aux Français de s’exprimer sur la réforme à venir, qui transformera en profondeur le système de retraite et aura, en principe à partir de 2025, un fort impact sur la vie des quelque 650 000 nouveaux retraités chaque année (pour comprendre les enjeux de la réforme et les nombreux choix qui restent à trancher, lisez l’analyse de Mediapart).