Procès Bettencourt: la sévérité à géométrie variable du procureur

Par

Des peines de prison ferme ont été requises contre François-Marie Banier et Patrice de Maistre. En revanche, le parquet demande la relaxe de Pascal Wilhelm, Stéphane Courbit et Éric Woerth. Les parties civiles étaient plus sévères.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bordeaux, de notre envoyé spécial.- Dans son réquisitoire, long de cinq heures et plutôt laborieux, ce vendredi, le procureur Gérard Aldigé se montre moins sévère que les avocats des parties civiles (la famille Bettencourt et le tuteur de Liliane) l'ont été la veille. Eux ont directement mis en cause cette deuxième équipe qui s’était mise en place autour de l'héritière de L'Oréal, après la mise à l’écart du quatuor François-Marie Banier, Fabrice Goguel, Patrice de Maistre et Jean-Michel Normand : à savoir l’avocat Pascal Wilhelm aux 6 millions d’euros d’honoraires, son ami l’homme d’affaires Stéphane Courbit, son autre ami le notaire Patrice Bonduelle, et dans une moindre mesure l’infirmier Alain Thurin.