Chlordécone: un cas de «violence écologique» aux Antilles

Par

Les terres, mais aussi les corps des Antillais, ont subi une contamination massive et durable par le chlordécone. Ce déni de justice environnementale a réveillé la douleur du passé colonial et esclavagiste de ces territoires. Entretien croisé avec le philosophe Malcom Ferdinand et l’historienne Audrey Célestine. 

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

© Mediapart

Animation : Fabien Escalona et Jade Lindgaard

À la suite de la polémique déclenchée par les propos du président de la République sur le chlordécone, nous avons souhaité savoir ce que ce scandale sanitaire nous apprenait de l’écologie et de l’héritage colonial dans les Antilles. 

Avec Audrey Célestine, maîtresse de conférences à l’université de Lille, autrice d’Une famille française (Textuel, 2018), et Malcom Ferdinandchercheur au CNRS, auteur d’une thèse intitulée « Penser l’écologie depuis le monde caribéen ».

> Retrouvez ici les entretiens et débats vidéo de Mediapart. 

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale