Richard Trinquier, le maire de Wissous qui joue les cow-boys

Hommages aux tortionnaires de la guerre d’Algérie, police municipale équipée de .357 magnums… Le maire de Wissous joue les « cow-boys » depuis plus de 20 ans. Mais dans la petite ville au sud de Paris, on aime l’action de cet élu aux mille frasques.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De prime abord, la ville de Wissous, 7 000 habitants et située en Essonne, n’a aucune raison d’attirer la lumière sur elle. Seulement, les frasques de son maire élu en 1995, Richard Trinquier, font les gros titres de la presse. « Essonne : le maire de Wissous arrêté pour violence avec armes en état d’ivresse », titre encore le site internet du Parisien le 8 avril dernier au soir. Quelques heures plus tôt, alors qu’il est attablé pour le déjeuner dominical, Trinquier est informé que des caravanes de gens du voyage s’installent sur le parking d’une crèche de la bourgade. L’édile décide de les déloger lui-même. À l’été 2014, il s’est aussi fait remarquer pour avoir interdit au mépris de la loi l’accès à un site de loisir aux femmes voilées de sa commune. Il se dit aussi que l’élu, pro-Algérie française ne consomme jamais d’eau de la marque Évian en raison des accords du même nom…