Attaque de l'Institut français: un groupe grec signe un appel sous le nom de Comité invisible

Par
Un texte grec de revendication, dont Mediapart a eu copie et qu'il reproduit ici, évoque Tarnac et le Comité invisible, alors que l'Institut français à Athènes a été attaqué vendredi. Quant à Julien Coupat, il devrait être fixé sur son sort en début de semaine.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce n’est pas vraiment une revendication de l’attaque, hier, de l’Institut français à Athènes, mais ça y ressemble. D’une certaine façon. Le texte, rédigé dans un anglais international, circule en effet accompagné de deux photos prises durant l’irruption, en fin de matinée, vendredi, d'une vingtaine de jeunes cagoulés dans le bâtiment français. Irruption qui s'est soldée par des bris de vitres et un cocktail Molotov. Sur le cliché, on voit notamment un graffiti explicite : « Etincelles à Athènes. Incendie à Paris. C’est l’Insurrection qui vient ».