«Il n’y a pas d’homogénéisation territoriale du vote FN»

Par

La très forte poussée du FN entre les régionales de 2010 et celles de 2015 s’est manifestée dans tout le pays, mais elle est encore plus importante dans les régions où le parti de Marine Le Pen était déjà bien implanté. C’est ce que démontre notre analyse comparative des deux élections, commentée par le chercheur Joël Gombin.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La poussée historique du Front national lors des élections des 6 et 13 décembre s’est manifestée dans toute la France métropolitaine (sauf la Corse), mais elle est plus forte dans les régions où le FN était déjà bien implanté. Pour le démontrer, Mediapart a comparé les scores du parti frontiste aux régionales de 2010 et à celles de 2015. Il en ressort un clivage géographique de plus en plus prononcé entre les régions où le vote FN est élevé de longue date et celles où il a augmenté plus récemment. Pour le chercheur Joël Gombin, spécialiste des électorats FN, même si le parti de Marine Le Pen « atteint des niveaux importants partout »« il n'y a pas réellement de nationalisation (au sens d'homogénéisation) du vote FN ».