Financement de campagnes: le parquet veut un procès pour le FN

Par

Le parquet de Paris a demandé le renvoi en procès de dix personnes physiques et morales dans l'affaire du financement des campagnes 2012 du FN. Parmi elles, le parti lui-même, son trésorier et un vice-président, mais aussi le micro-parti de Marine Le Pen et plusieurs de ses proches, anciens du GUD.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ouverte en avril 2014 et clôturée en janvier 2016, l'enquête sur le financement des campagnes frontistes de 2012 franchit une nouvelle étape : le parquet de Paris a demandé le renvoi en procès du Front national et de deux de ses dirigeants, comme l'a rapporté l'AFP vendredi.