L’Etat de droit est-il malmené en Corse?

Par

Corse-Matin estime que « le spectre de la grande criminalité, un temps remisé, refait violemment surface » sur l’île, où dix homicides ont été commis depuis le début de l’année.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dix homicides depuis le début de l’année. Dont les deux derniers commis à quelques jours d’intervalle seulement. En Corse, le 12 septembre, Maxime Susini, un militant de 36 ans du mouvement indépendantiste radical Core in Fronte, était assassiné à Cargèse devant sa paillote. Le 16, Icham Saffour, un entrepreneur de 47 ans, était tué à Furiani, au volant de sa voiture stationnée devant un chantier dont il s’occupait.