Quand Jean-Marc Ayrault faisait l’écolo...

Par

Tandis que les opérations d'expulsions des opposants se sont poursuivies tout le week-end à Notre-Dame-des-Landes, Jean-Marc Ayrault paraît inflexible. Pourtant, il y a quinze ans, le maire de Nantes ne ménageait pas sa peine, dans un dossier écologique comparable, contre la centrale nucléaire du Carnet.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Alors qu'une nouvelle opération d'expulsion des opposants à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes a commencé jeudi et que la situation est très tendue sur le terrain (huit interpellations, trois blessés dont un gendarme samedi 24 novembre), Jean-Marc Ayrault se montre inflexible. « Cet aéroport se fera », déclare-t-il dans une interview publiée dans Paris-Match, jeudi 22 novembre (à lire ici). « Notre-Dame-des-Landes est, selon le premier ministre, un projet d'intérêt général et pas un projet personnel. » « Nous avons choisi notre destin. Nous ne nous laisserons donc pas dicter une vision du monde qui n'est pas la nôtre, ajoute-t-il. Nous sommes dans un État de droit. Quand les décisions sont prises, quand tous les recours sont épuisés, la loi doit être respectée. »