Retraites: il n’y a pas de contre-réforme possible sans changement profond des politiques économiques

Par

Comment opposer un contre-projet de réforme des retraites alors que le statu quo suppose une baisse du niveau de vie futur des pensionnés ? La réponse à cette question ne peut se limiter à la seule question des retraites. Elle suppose un renversement de l’ordre économique dominant.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Y a-t-il d’autres voies que celles du gouvernement pour les retraites ? Autrement dit : peut-on construire une contre-réforme à celle du gouvernement ? La question n’est pas que technique, elle est d’abord politique. La technique ne sert en réalité qu’à résoudre une équation de base qui repose sur des choix de société. Or ces choix sont moins liés à la retraite elle-même qu’à des politiques économiques plus larges. Décider de donner la priorité à l’équilibre financier ou aux droits à la retraite n’a de signification que si l’on élargit le point de vue. La question de la retraite n’existe pas en elle-même. Elle est le reflet de choix économiques. Aussi, toute « contre-réforme » ne peut faire l’économie d’une réflexion élargie.