Perpignan: Aliot, nouveau notable, redoute la mobilisation des quartiers populaires

Par

Arrivé largement en tête du premier tour, face au maire LR sortant, le candidat du RN qui a réussi à se notabiliser auprès des milieux économiques et culturels de la ville, a face à lui un front républicain en lambeaux. Seule une forte mobilisation dans les quartiers populaires semble en mesure de le faire trébucher.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Perpignan, de notre envoyée spéciale.– « On compte sur vous ! », lance en riant une jeune femme qui claque la bise à Louis Aliot, sans beaucoup d’égards pour les « gestes barrières ». Place de la République, accompagné d’un petit groupe de militants, le candidat du Rassemblement national navigue, très à l’aise, entre les tables des cafés pour l’un des derniers tractages avant l’élection municipale. Arrivé largement en tête au premier tour, celui qui se présente ici pour la troisième fois espère cette fois emporter la ville. L’enjeu est de taille pour le parti d’extrême droite qui remporterait ainsi, après sa victoire à Toulon en 1995, sa première ville de plus de 100 000 habitants.