Près de Toulouse, comment un centre pénitentiaire s’est transformé en cluster

Par

Malgré une injonction du tribunal administratif, le centre pénitentiaire de Seysses (Haute-Garonne), au taux d’occupation de 141 %, a tardé à organiser un dépistage massif du Covid. Au niveau national, l’administration cherche l’équilibre entre durcissement sanitaire et « détention normale ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Une séance de dépistage du Covid chez les détenus s’est déroulée, mercredi 21 octobre, au centre pénitentiaire (CP) de Seysses, à côté de Toulouse. Jeudi, les résultats n’étaient pas encore connus. Mais cette troisième vague de tests en une semaine signe l’épilogue d’une séquence débutée en septembre, qui a contribué à un réajustement de la doctrine nationale de l’administration pénitentiaire.