La fin de l'état de grâce pour Christiane Taubira

Par

Malgré son statut d'icône de la gauche, la ministre de la justice a un bilan mitigé au bout de dix-huit mois d'action.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Malgré son statut d'icône de la gauche, la ministre de la justice a un bilan mitigé au bout de dix-huit mois d'action. Les peines planchers, la rétention de sûreté, les tribunaux correctionnels pour mineurs n'ont toujours pas été supprimés ; les réformes du code civil et de la justice des mineurs sont dans les cartons ; l'ambitieux plan de lutte contre la récidive est sorti essoré des arbitrages ; le statut du parquet – le vrai chantier du XXIe siècle – est resté quasiment en l'état.