Notre-Dame: Europe Echafaudage exclut les hypothèses du mégot et des ascenseurs

Par
L'entreprise Europe Echafaudage, qui opérait sur le toit de Notre-Dame de Paris, reconnaît que des ouvriers ont pu fumer sur le chantier mais exclut qu'un mégot ait allumé l'incendie qui a en partie détruit ce bijou d'architecture gothique, le 15 avril.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

PARIS (Reuters) - L'entreprise Europe Echafaudage, qui opérait sur le toit de Notre-Dame de Paris, reconnaît que des ouvriers ont pu fumer sur le chantier mais exclut qu'un mégot ait allumé l'incendie qui a en partie détruit ce bijou d'architecture gothique, le 15 avril.