Bombardements en Syrie: un vote à la quasi-unanimité des députés

Par

Par 515 voix contre 4, les députés ont voté, mercredi, pour la prolongation de l'intervention militaire française en Syrie. François Fillon a plaidé pour la levée des sanctions visant la Russie et une « liaison » avec le régime d'Assad.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les députés français ont massivement donné leur feu vert mercredi à la poursuite des frappes des forces aériennes françaises en Syrie pour « anéantir » l'Etat islamique, près de deux semaines après les attentats de Paris. « Le 13 novembre a changé la donne, une riposte à la mesure de l'agression que nous avons subie s'est imposée », a déclaré le premier ministre Manuel Valls à la tribune de l'Assemblée. « Il n'y a pas d'alternative, nous devons anéantir Daech. » Il a plaidé pour la poursuite et l'intensification des frappes et a été largement suivi, puisque le vote a été acquis par 515 voix contre 4.