David Thomson: «Il n’existe aucune méthode de déradicalisation d’Etat»

Par

David Thomson, lauréat du prix Albert-Londres 2017, auteur du livre Les Revenants, a accordé un long entretien au Figaro, dans lequel il révèle s’être expatrié aux États-Unis à cause des menaces qu’il a subies. Il juge que « la déradicalisation institutionnelle est une chimère ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« J'ai en effet quitté la France à cause des menaces, déclare-t-il. Je ne sais pas si l'on peut s'habituer aux menaces de mort. Elles ont commencé début 2013, quand j'étais correspondant en Tunisie pour RFI, à cause du début de l'opération “Serval” au Mali. Ensuite, chaque année, ma situation sécuritaire s'est dégradée. À partir de l'été 2016, les menaces de mort se sont intensifiées, de plus en plus personnalisées et circonstanciées. […] La pression en France était devenue trop forte. J'ai donc dû quitter mon pays, pour commencer un nouveau cycle journalistique aux États-Unis. [...]