A Mayotte, personne ne sait « comment s'en sortir »

Dans le dernier-né des départements français, en marge des meetings électoraux, la population, ravagée par la pauvreté et la difficulté d’accéder aux mêmes droits qu’en métropole, commence à questionner les dysfonctionnements de la République.

Olivia Muller

26 mars 2015 à 18h19

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Mayotte, envoyée spéciale -. « Ici, le président du conseil général est une figure, un personnage bien plus connu que le chef de l’État », annonce Samuel, instituteur à Passamainty, village au centre-est de Mayotte. Réunions politiques quotidiennes, banquets, places enguirlandées… Du nord au sud de l’île, la semaine précédant les élections départementales, Mayotte était en fête. À la veille du premier tour, sur la petite place de Kawéni, un peu au nord de Passamainty, les femmes, nombreuses, attendent de pied ferme l’ultime meeting des candidats. En salouva, le vêtement traditionnel, elles patientent au rythme du maoulida chengé, un chant religieux craché par des enceintes orientées vers les ruelles alentour. Une marée d’enfants et quelques hommes viennent se joindre à elles. Enthousiastes, la plupart des habitants rencontrés déclarent aller voter « essentiellement pour l’emploi… », tandis que les plus jeunes disent vouloir manifester leur espoir : « Les choses doivent changer à Mayotte. Trop de corruption, trop de mensonges. » Si bien qu’au premier tour, le taux de participation s’est élevé à 62 %.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Un magistrat ordonne la censure préalable d’une enquête de Mediapart
Saisi par l’avocat de Gaël Perdriau, le président du tribunal judiciaire de Paris a fait injonction à Mediapart de ne pas publier de nouvelles révélations sur les pratiques politiques du maire de Saint-Étienne, après celles du chantage à la sextape. Cette censure préalable, décidée sans débat contradictoire, est une attaque sans précédent contre la liberté de la presse.
par Edwy Plenel
Climat — Analyse
Jets de peinture et de soupe sur les œuvres d’art : « Ça vous choque ? Tant mieux ! »
Statue aspergée de peinture ce vendredi à Paris, jets de soupe et collages de mains ou de visages sur des tableaux : depuis des mois, des activistes du climat perturbent les grands musées internationaux. Est-ce si ridicule, alors que les gouvernements continuent d’échouer à mener les politiques nécessaires ?
par Jade Lindgaard
Protection de l’enfance : une mission sacrifiée — Enquête
Enfants maltraités mais obligés de patienter : les sacrifiés de la République
Bien que la justice ait identifié un danger au sein de leur famille, des centaines d’enfants sont laissés sans protection, à cause d’une pénurie de personnel et de places en foyer. Un phénomène dont les pouvoirs publics ignorent eux-mêmes l’ampleur. Mediapart a mené l’enquête pour la Journée internationale des droits de l’enfant, ce 20 novembre.
par Hugo Lemonier
Numérique — Analyse
Les géants du numérique redescendent sur terre
Pour la première fois, Google, Amazon, Facebook et consorts se heurtent au mur de la réalité. Confrontés à un retournement économique, leur réponse est semblable à celle des acteurs de l’économie traditionnelle : des licenciements massifs pour diminuer les coûts et plaire aux financiers. 
par Martine Orange