Les fiches "S", des consignes de surveillance

Par
Les attaques de Trèbes et Carcassonne, revendiquées par l'Etat islamique (EI), ont relancé un débat récurrent sur le traitement à réserver aux personnes faisant l'objet de fiches S devenues un objet de "fantasme" et d'exploitation politique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

PARIS (Reuters) - Les attaques de Trèbes et Carcassonne, revendiquées par l'Etat islamique (EI), ont relancé un débat récurrent sur le traitement à réserver aux personnes faisant l'objet de fiches S devenues un objet de "fantasme" et d'exploitation politique.