Une soirée au «Siècle», sur l’air de l’orchestre du «Titanic»

Par

Alors que le pays débattait du 49-3 et était confronté aux avancées de la pandémie, les membres du « Siècle » se sont retrouvés le 26 février pour leur 831e dîner. Plongée dans le cénacle de l’entre-soi parisien, indifférent aux drames du monde.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Cette histoire fait décidément penser à celle de l’orchestre du Titanic, qui a continué de jouer jusqu’à ce que le célèbre paquebot finisse par sombrer. Sauf qu’elle ne s’est pas passée sur un bateau mais au très chic restaurant du Cercle interallié, à deux pas de l’Élysée, rue du Faubourg-Saint-Honoré, à Paris : indifférents aux polémiques qui agitaient tout le pays à l’approche du débat à l’Assemblée nationale sur le 49-3 utilisé par le gouvernement pour faire passer en force la réforme des retraites ; indifférents plus encore aux avancées de plus en plus inquiétantes de la pandémie qui faisait depuis plusieurs jours les « manchettes » de tous les médias français, les membres du « Siècle » se sont réunis, comme si de rien n’était, pour leur 831e dîner mensuel, le mercredi 26 février, selon le rite immuable qu’affectionne le petit microcosme des élites parisiennes.