A Montpellier: «Les blocages, c’est notre 49-3 à nous»

Par

Dans la capitale languedocienne, les manifestants soutiennent sans hésitation la perspective d'une France bloquée. Sébastien, Claude, Anaïs, Nicolas, “Lutin”, Andrée ou Noël, comme toutes les personnes croisées dans le défilé, affirment vouloir tenir bon. Verbatims.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Montpellier, de notre envoyé spécial.-  Ce jeudi en fin de matinée, à Montpellier, la manifestation contre le projet de loi sur le travail a de nouveau rassemblé quelques milliers de personnes, sur un parcours partant du quartier d’Antigone pour se terminer place de la Comédie, en passant par la gare Saint-Roch. Dans une ambiance joyeuse, on y alterne chants et slogans, sans affrontements. À l’arrivée, le cortège se scinde entre une manifestation sauvage et une assemblée générale façon Nuit debout. Mediapart est allé à la rencontre des manifestants, pour savoir comment ils appréhendaient le nouveau tour pris par la mobilisation, et la perspective de blocages en tous genres allant crescendo.