Contraception: le gênant partenariat de la Région Ile-de-France

Par

Réalisée par la très populaire youtubeuse Natoo, la vidéo servant à promouvoir le site d’information sur la contraception de la Région Île-de-France fait appel, pour l’animation, à une figure de la fachosphère connue pour ses diatribes ultraviolentes contre les féministes.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

C’est un petit clip de publicité pour la nouvelle plateforme d’information sur la contraception de la Région Île-de-France qui sème le malaise depuis quelques jours. Destiné à inciter les jeunes filles d’Île-de-France à découvrir ce site, il a été réalisé par la très populaire youtubeuse Natoo et met en scène une ado qui interroge la jeune femme sur les différents modes de contraception. Leur dialogue est entrecoupé d’un film d’animation montrant dans un langage très « ado » le combat d’un ovule refusant de se faire féconder par un spermatozoïde.

LA CONTRACEPTION - NATOO © Natoo

Vu en quelques jours plus de 2,5 millions de fois, il a recueilli sur le site de la youtubeuse plus de 7 000 commentaires globalement très favorables. Ce week-end, au festival Solidays, Natoo, dont la chaîne est suivie par plus de 4 millions de personnes, s’était affichée au stand de la Région aux côtés de Valérie Pécresse pour défendre cette campagne. « Je suis super ravie de cette vidéo… les gens sont contents qu’on fasse passer des sujets plus sérieux avec humour », expliquait la jeune femme dans la vidéo mise en ligne par la Région et facturée, selon nos informations, quelque 50 000 euros. Une somme que ni la Région, ni l’agence de Natoo n’a souhaité confirmer. Le journaliste Vincent Manilève, auteur de YouTube, Derrière les écrans, ses artistes, ses héros, ses escrocs (Lemieux éditeur, 2018) la juge « importante pour une collectivité », mais « moins élevée que ce que des youtubeurs stars comme Natoo peuvent obtenir auprès de grandes marques ».

Au sein de la Région, au-delà du montant, certains se sont rapidement émus de voir figurer au générique de la vidéo l’animateur de la chaîne web L’Actu animée, Alexis Koleszar, une figure bien connue de la fachosphère. Le dessinateur, grand admirateur de Dieudonné, est un proche d’Alain Soral, l’essayiste d’extrême droite plusieurs fois condamné pour incitation à la haine raciale et négationnisme, qui publie régulièrement ses dessins et vidéos sur son site Égalité et Réconciliation, et partage avec l’essayiste la même aversion envers les « féministes ».

Au moment du débat sur le harcèlement de rue, Alexis Koleszar a par exemple publié une BD moquant méchamment la parole des femmes qui se disent victimes de ces agissements. Une planche montrait le dessinateur interpellé par un représentant de la plate-forme Jeuxvideo.com sur les féministes en pointe dans ce combat. « Hé Alexis, pourquoi ce genre de casse-couilles est toujours hystérique, végétalienne et super laide ? » « J’avoue », répondait-il perplexe, alors qu’un autre personnage concluait : « Moi j’suis pour l’égalité des sexes. Quand j’vois une femme, j’lui mets une STEAK comme à un mec ! »

Extrait de la BD d'Alexis Koleszar © Alexis Koleszar Extrait de la BD d'Alexis Koleszar © Alexis Koleszar

Au pic de la campagne de cyberharcèlement contre la blogueuse féministe Marion Seclin, durant laquelle le youtubeur Raptor dissident s’en était pris à elle, Alexis Koleszar avait jugé bon de publier une vidéo de soutien… au youtubeur. Une vidéo d’une rare violence, où il évoque la « tête de cul » de Marion Seclin et disserte sur le probable « assèchement » de ses « muqueuses anales » dû à l’émotion suscitée par la violente campagne dont elle est victime. Il la montre, corps nu difforme, défendre son « droit à sucer des bites en tant que féministe revendiquée ». On y voit aussi des adeptes d’un temple zen se rafraîchir à une fontaine de « larmes de Marion ».

Extrait de la BD d'Alexis Koleszar © Alexis Koleszar Extrait de la BD d'Alexis Koleszar © Alexis Koleszar

À la Région, on assure que s’ils ont bien fait le choix de la youtubeuse Natoo pour cette campagne montée par Havas Media – la jeune femme permettant de toucher les adolescents –, ils n’ont pas validé le choix de ce prestataire. « Nous ne sommes pas intervenus directement dans le processus de production de la vidéo, si ce n’est pour la validation du scénario proposé par Natoo », explique-t-on au cabinet de Valérie Pécresse. « C’est regrettable et si nous l’avions su, on ne l’aurait évidemment pas fait avec lui », souligne l’entourage de la présidente de Région, qui estime néanmoins que la vidéo de Natoo ne peut « en aucun cas être accusée de véhiculer un quelconque autre message que celui sur la contraception ».

Du côté de Talent Web, filiale de Webedia, le mastodonte du milliardaire Marc Ladreit de Lacharrière, qui a choisi de solliciter Alexis Koleszar, on répond avec une certaine gêne que « l’agence a fait appel à lui pour ses talents de dessinateur sans avoir aucune connaissance de ses opinions politiques ». L’agence assure que Natoo n’a pas procédé elle-même à ce choix et serait, en tant que féministe, la première surprise par cette polémique.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale