Dire son homosexualité, encore trop dur pour les politiques

Par

Une « anomalie » française. Malgré les débats sur le mariage des couples de même sexe, malgré une Marche des fiertés LGBT (lesbiennes, gays, bi et trans) qui se déroule ce samedi 27 juin à Paris comme chaque année, la visibilité des homosexuels dans les lieux de pouvoir reste faible. Exemple avec la politique, où ceux qui disent simplement leur homosexualité restent ultra-minoritaires.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Samedi 11 juillet, Luc Carvounas, sénateur et maire socialiste d’Alfortville (Val-de-Marne), va se marier avec son compagnon, Stéphane Exposito, ancien cadre du PS et chef de cabinet ministériel. Depuis la promulgation de la loi sur le mariage des couples de même sexe, il est le premier parlementaire homosexuel à convoler. L’information, quelques lignes dans Le Parisien, est parue à quelques jours de la Marche des fiertés parisienne, organisée comme chaque année, ce samedi 27 juin, à l’appel de l’Inter-LGBT (lesbiennes, gays, bi et trans).