Mathieu Magnaudeix

Né en 1980, deux ans trop tôt pour être un millenial. Gêné aux entournures entre tradition et modernité, j'ai des passions étranges comme l'histoire et Elton John — et d'autres bien plus avouables comme, par exemple (prenons un truc qui fait bien) les road trips.

Je suis diplômé d'histoire, de sciences politiques et de l'Ecole supérieure de journalisme de Lille. J'ai débuté le journalisme à Berlin, au bureau de l'Agence France Presse et à Libération. A Mediapart, je me suis occupé de l'actualité économique et sociale de 2008 à 2012, j'ai suivi le quinquennat de François Hollande puis la campagne présidentielle d'Emmanuel Macron. Depuis octobre 2017, je suis le correspondant de Mediapart au pays halluciné de Donald Trump.

Et toujours un très fier membre de l'Association des journalistes LGBT (AJL), créée en 2013 et qui encourage les rédactions à traiter les sujets LGBT avec précision et justesse.

Livres: Tunis Connection, enquête sur les réseaux franco-tunisiens sous Ben Ali (Seuil 2012, avec Lénaïg Bredoux) et Macron & Cie, enquête sur le nouveau président de la République (Don Quichotte, 2017, avec la rédaction de Mediapart).

Pour me contacter: @mathieu_m sur Twitter ou mathieu.magnaudeix@mediapart.fr.

(photo: © éd. Don Quichotte)

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Havas tisse sa toile autour de Macron

    Par et
     © Reuters © Reuters

    Pointée du doigt après le fiasco de l’affaire Cahuzac, l’agence de communication Havas a continué à s’infiltrer discrètement dans la machine politique, en jetant son dévolu sur Emmanuel Macron, bien avant son élection. Cabinets ministériels, conseillers de l’ombre, Business France… Elle semble désormais installée au cœur même du pouvoir.

  • A l’Assemblée, le pouvoir installe ses têtes

    Par
    François de Rugy, mardi 27 juin à l'Assemblée nationale © Reuters François de Rugy, mardi 27 juin à l'Assemblée nationale © Reuters

    Le groupe LREM majoritaire est en train de désigner ceux qui vont le diriger : il s'agit, sans surprise, de fidèles d'Emmanuel Macron. Et de ralliés convertis, comme l'ancien député écologiste François de Rugy, élu mardi 27 juin président de l'Assemblée nationale. La commission des affaires économiques sera présidée par l'ex-numéro deux d'un grand fonds de pension nord-américain.

  • PMA: comment l’Etat justifie la discrimination

    Par
    À la Marche des fiertés de Paris, ce samedi 24 juin, le slogan était « PMA pour toutes » © Reuters À la Marche des fiertés de Paris, ce samedi 24 juin, le slogan était « PMA pour toutes » © Reuters

    Poursuivi pour la première fois devant la Cour européenne des droits de l’homme, l’État a récemment rappelé les raisons de son opposition à la PMA en invoquant le droit… et la « nature » : célibataires et homosexuels « ne sont pas, par nature, en capacité de procréer ». Il admet toutefois que ce refus constitue « une ingérence » dans la vie privée.

  • Avec «Edouard Philippe 2», Emmanuel Macron tente un nouveau départ

    Photo officielle du nouveau gouvernement © Elysée Photo officielle du nouveau gouvernement © Elysée

    Ferrand, Bayrou, Goulard et Sarnez partis à cause des affaires, Édouard Philippe se retrouve à la tête d'un nouveau gouvernement aux airs, déjà, de synthèse macroniste. L'équipe n’a plus grand-chose de l’escouade « resserrée » promise. Portraits des nouveaux entrants.

  • A l'Assemblée, le «nouveau monde» fait sa rentrée

    Par
    Saïd Ahamada, nouveau député LREM des quartiers Nord de Marseille, lors de la séance photo dans l'hémicycle © Guillaume Jesberger Saïd Ahamada, nouveau député LREM des quartiers Nord de Marseille, lors de la séance photo dans l'hémicycle © Guillaume Jesberger

    Au Palais-Bourbon, les députés font leur rentrée par grappes. Ceux de la majorité minimisent les ennuis judiciaires des ministres démissionnaires ou non. Jean-Luc Mélenchon et les Insoumis lèvent le poing.

  • Quand le député LREM Lescure ne disait pas non aux paradis fiscaux

    Par

    Les députés LREM venus du monde de la finance seront-ils indépendants ou de super-lobbystes ? À la tête d'un des plus gros fonds de pension nord-américains, Roland Lescure, le nouveau député des Français d'Amérique du Nord, a doublé les investissements dans les paradis fiscaux. Il « assume totalement », mais promet qu'il n'agira pas en « député investisseur ».

  • A l’Assemblée nationale, le renouvellement et ses limites

    Par et
    capture-d-e-cran-2017-06-19-a-08-40-53

    La nouvelle Assemblée nationale est plus jeune, plus ouverte et plus féminisée. Mais elle reste socialement élitiste, à l’image du groupe majoritaire de La République en marche.

  • Les députés LREM parisiens, comme un livre ouvert sur les réseaux Macron

    Par
    De gauche à droite, et de haut en bas: Pacôme Rupin, Laetitia Avia, Pierre Person, Olivia Grégoire, Sylvain Maillard, Mounir Mahjoubi, Gilles Le Gendre, Stanislas Guérini © Photos LinkedIn De gauche à droite, et de haut en bas: Pacôme Rupin, Laetitia Avia, Pierre Person, Olivia Grégoire, Sylvain Maillard, Mounir Mahjoubi, Gilles Le Gendre, Stanislas Guérini © Photos LinkedIn

    À Paris, le parti d’Emmanuel Macron obtient plus de deux tiers des sièges de députés : 13 sur 18. Souvent proches du président de la République, ils résument la sociologie des réseaux Macron : jeunes, souvent bien nés, issus des meilleures écoles, les deux pieds dans le business.

  • Les méthodes brutales du PDG Alexandre Zapolsky, candidat LREM

    Par
    Alexandre Zapolsky et Emmanuel Macron à Las Vegas, en janvier 2016 © DR Alexandre Zapolsky et Emmanuel Macron à Las Vegas, en janvier 2016 © DR

    Alexandre Zapolsky pourrait être élu dimanche député du Var. D’anciens salariés pointent le management « violent » de ce patron, décoré par le gouvernement précédent et donateur d’Emmanuel Macron.

  • Comment LREM se prépare à prendre l’Assemblée

    Par
    capture-d-e-cran-2017-06-14-a-21-27-32

    Depuis des semaines, l’équipe d’Emmanuel Macron s’inquiète de la « constitution périlleuse » de la future majorité. Dans une note confidentielle, les conseillers préconisaient déjà début avril un « fort encadrement politique ». Le défi est désormais encore plus grand avec la large majorité absolue qui s’annonce, que personne alors ne prévoyait aussi ample.