Hidalgo défend le front républicain contre le FN

Par

La maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo, a prôné dimanche 27 septembre le désistement des listes socialistes au second tour des élections régionales en cas de « risque majeur » de victoire du Front national.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo, a prôné dimanche 27 septembre le désistement des listes socialistes au second tour des élections régionales en cas de « risque majeur » de victoire du Front national. Ces propos vont à l'encontre des préconisations du premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, qui avait paru enterrer le « front républicain » dans un entretien paru le 14 septembre dans Libération. « Au soir du premier tour, le total des voix de gauche sera supérieur au score des Républicains. La responsabilité de la gauche ne sera pas de se retirer mais d'être capable de s'unifier », déclarait-il.