Un innocent battu en prison demande justice depuis six ans

Par

L’ancien directeur de la maison d’arrêt de Fresnes a été placé sous le statut de témoin assisté par un juge d’instruction. Il est soupçonné de «faux en écritures publiques» par un ex-détenu. Innocenté depuis, ce dernier avait été victime d’une grave agression pendant sa détention provisoire et tente d'obtenir réparation.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il faut beaucoup de ténacité, de la patience et un certain courage pour mettre en cause l’État lorsqu’on fait partie des faibles parmi les faibles. Emprisonné à tort, violemment battu par un codétenu, laissé inconscient, puis mal pris en charge sur le plan médical, Slaheddine El Ouertani, 40 ans, est aujourd’hui handicapé à vie. Il se bat depuis plusieurs années, avec l’aide de son avocat, pour faire reconnaître les torts de l’administration pénitentiaire et des services de l’État. Et comme souvent, dans ce type d’affaires, la justice fait preuve d’une inertie et d’une frilosité pour le moins critiquables.