En rétention, «il n’y a rien et on ne fait rien»

Par

En centre de rétention administrative (CRA), tout est réuni pour fabriquer de la souffrance. C’est ce dont témoigne dans cette tribune Odile Ghermani, membre de la Ligue des droits de l’homme et de l’Observatoire citoyen du CRA de Vincennes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Membre de l’Observatoire citoyen du centre de rétention administrative (CRA) de Vincennes, Odile Ghermani témoigne des centaines de rencontres qu’elle y a faites. « Quelques rares [...] avec des gaillards joviaux et décontractés ou avec des SDF soulagés d’être à l’abri pendant l’hiver ne peuvent cacher l’immense détresse des personnes enfermées, écrit-elle. Car tout est réuni pour fabriquer de la souffrance. »