La taxe carbone, promesse déjà déçue?

Par
C'est aujourd'hui mardi que Michel Rocard doit rendre le rapport de la conférence d'experts sur la contribution climat énergie à Christine Lagarde et Jean-Louis Borloo. Le niveau de déficit des comptes publics et l'obligation de compenser la disparition annoncée de la taxe professionnelle condamnent la France à une taxe carbone au rabais. L'arbitrage final de l'Elysée constituera un moment de vérité de la politique environnementale de Nicolas Sarkozy.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La taxe carbone est-elle victime du syndrome de la taxe pique-nique ? A l'automne 2008, le projet d'extension du principe du bonus-malus aux couverts et assiettes en plastique, bien qu'annoncé à plusieurs reprises par Jean-Louis Borloo, a suscité une telle bronca qu'il a dû être retiré. La semaine dernière, la fuite dans les Echos d'une version de travail du rapport de la conférence d'experts sur la contribution climat énergie (CCE) –qui a été remis mardi 28 juillet par Michel Rocard à Christine Lagarde et Jean-Louis Borloo, à lire ici– a essuyé les tirs croisés de quasiment tous les lobbies en présence: UFC-Que choisirun hold up fiscal»), Fédération nationale des transports routiers (FNTR), Consommation, logement et cadre de vie (CLCV), EDF contre l'extension de la taxe à l'électricité, mais aussi des syndicats CGT et FO.