Au conseil municipal, le Printemps marseillais «comprend l’impatience, pas la défiance»

Par Julien Vinzent (Marsactu)

Michèle Rubirola a fait voter un premier budget à peine retouché par rapport à celui légué par son prédécesseur, tout comme la majorité des décisions présentées. L’opposition fait son miel d'un calendrier estival bousculé pour dénoncer une équipe « pas prête ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Marseille (Bouches-du-Rhône).– Les habitudes ont la peau dure. L’appel est terminé depuis cinq minutes, quelques adjoints de la maire Michèle Rubirola ont présenté en quelques mots les délibérations de leur périmètre, quand Julien Ruas prend la parole. L’ex-adjoint LR de Jean-Claude Gaudin qui chapeautait le Bataillon de marins-pompiers se lance dans un exposé détaillé de la réaction du service à la crise sanitaire, comme s’il était, lui aussi, le rapporteur du texte soumis au vote. Et pour cause, c’est lui qui l’a préparé à l’origine…