Twitter, les magistrats et la liberté d'expression

Par

Dénoncés par un journaliste, deux magistrats blogueurs qui se croyaient protégés par leur anonymat sur le réseau social risquent d’être sanctionnés par leur hiérarchie. L'affaire provoque des remous dans la justice... et un second procès.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Léger vent de panique dans la magistrature. Plusieurs magistrats et greffiers adeptes du microblogging ont précipitamment clos leur compte Twitter ces dernières heures.