Les minorités visibles sont les premières victimes de discriminations

Par

Une enquête de l'Ined et de l'Insee, rendue publique ce mardi 30 mars, conclut à la prépondérance de l'origine et de lacouleur de la peau, par rapport au sexe et à l'âge, dans les motifs de discrimination. Elle confirme l'existence d'un «plafond de verre» puisque lesentiment d'être discriminé augmente avec le niveau d'études et les difficultés d'accèsaux postes de responsabilité.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En préparation depuis quatre ans, la vaste enquête sur les discriminations menée conjointement par l'Institut national d'études démographiques (Ined) et l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), dont les premiers résultats sont rendus publics ce mardi 30 mars, détaille le poids des différents motifs de discrimination et conclut à la prépondérance de l'origine (ou de la nationalité) et de la couleur de la peau par rapport au sexe et à l'âge.