Fichier d'empreintes génétiques : la trace et l'oubli

Alors que le ministère de l’Intérieur ne jure désormais plus que par «la police scientifique de masse», que s’est-il passé dans l’affaire Bruno Cholet, le présumé meurtrier de l’étudiante suédoise Sussanna Zetterberg ? Délinquant sexuel notoire, les services de police avaient perdu la trace de ses... traces ADN. Explications.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Que s’est-il passé dans l’affaire Bruno Cholet, le présumé meurtrier de l’étudiante suédoise Sussanna Zetterberg ? Délinquant sexuel notoire, les services de police avaient perdu la trace de ses… traces ADN. Après ses «dysfonctionnements», pour reprendre les termes de Michèle Alliot-Marie, le ministère de l’Intérieur sort son carnet de chèque.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal