Les premiers jugements d’expropriation rendus à Notre-Dame-des-Landes

Par

Le tribunal de Nantes a rendu mercredi 30 mai ses premiers jugements d’expropriation concernant l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Malgré l’accord politique gelant les expulsions des réfractaires, il n’y a pas de moratoire juridique à l’avancée du projet.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le tribunal de grande instance de Nantes a rendu mercredi 30 mai ses premiers jugements d’expropriation concernant le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Dans le cadre de l’avancée des procédures préalables aux travaux de construction, l’État transfère de force à AGO, une filiale de Vinci, les terres des propriétaires qui refusent de vendre à l’amiable. Pas moins de 55 parcelles, ou groupes de parcelles, sont concernées. Elles appartiennent à un nombre de personnes compris entre 50 et 150, car certaines se trouvent sous le régime de l’indivision.