Des jeunes isolés étrangers s’estiment abandonnés par la Seine-et-Marne

Le département de Seine-et-Marne manque à ses obligations de soutien aux jeunes isolés étrangers majeurs. Une manifestation a été organisée vendredi 29 juin à Melun, en mémoire du jeune Abdellah, mort poignardé dans un squat à 18 ans.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Accompagnés d'associations, de jeunes lycéens étrangers, arrivés seuls en France et scolarisés en Seine-et-Marne, ont rappelé vendredi 29 juin le département de la Seine-et-Marne, en Île-de-France, à ses obligations. Le département est en effet chargé des jeunes majeurs à leur sortie du dispositif spécifique aux mineurs isolés étrangers. Trop cher, plaide la collectivité, pour justifier l'arrêt souvent brutal de son soutien financier à des jeunes qui sont parfois à quelques mois seulement de l'obtention d'un diplôme, d'un emploi et donc parfois de papiers plus pérennes.