Les réseaux sociaux, l’anonymat et le droit à l’oubli

Par

L’avocat blogueur Maître Eolas revient sur l’affaire des magistrats dénoncés pour avoir tweetté en marge d'un procès d'assises à Mont-de-Marsan. Il défend le droit de chacun à utiliser les réseaux sociaux sous pseudonyme.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’affaire des deux magistrats dénoncés par un journaliste parce qu’ils échangeaient des plaisanteries discutables sur Twitter en marge d’un procès d’assises, pendant les suspensions d’audience et sous pseudonymes (Bip Ed et Proc Gascogne), pose de nombreuses questions. Notamment sur l’utilisation des réseaux sociaux, l’anonymat, le droit à l’oubli et l’éthique des médias.