“343 salauds” insultent le combat pour les droits des femmes

Par

Pour Marie Donzel, « Touche pas à ma pute », manifeste des “343 salauds” (qui ne sont en fait qu'une poignée) initié par Causeur et cosigné par Frédéric Beigbeider et Eric Zemmour, détourne « de façon répugnante » le « manifeste des 343 salopes » pro-avortement de 1971 pour servir « une cause résolument réactionnaire et délibérément anti-féministe ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Le 5 avril 1971, 343 femmes célèbres ou moins célèbres marquaient à jamais l'opinion française en co-signant une tribune à l'initiative de Simone de Beauvoir pour défendre le droit à la contraception et à l'avortement. (...) Comme toute action efficace en direction de l'opinion publique, le "Manifeste des 343" a eu ses imitateurs et ses imitatrices. Parfois pour le meilleur : en se plaçant dans la lignée des femmes emmenées par Beauvoir en 1971, Clémentine Autain lançait il y a un an son "Manifeste des 313" femmes déclarant avoir été victimes de viol, pour dénoncer tous les tabous associés à la violence sexuelle. Parfois pour le pire, comme ce qui nous attend dans les jours qui viennent avec le "Manifeste des 343 Salauds" emmenés par Frédéric Beigbeder pour défendre "le droit à leur pute" », écrit l'auteure Marie Donzel.