600 ans après sa mort, Sheikh Bedreddin continue de défier la pensée officielle en Turquie

Par

Prenant le contrepied de l’« ottomania » qui s’est emparée de l’industrie cinématographique turque, l’équipe du réalisateur Hakan Alak achève le tournage d’un film qui rend hommage à la révolte initiée par le penseur soufi.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Istanbul (Turquie).– Voilà une décennie que l’industrie turque des films et des séries télé semble décidée à rendre hommage à tout ce que l’histoire ottomane a produit de têtes couronnées. D’Ertugrul Gazi, grand ancêtre de la dynastie ottomane, qui combattit les Byzantins au XIIIe siècle, jusqu’à son lointain descendant le sultan Abdülhamid II, qui régna d’une main de fer sur un empire agonisant à l’aube du XXe, en passant par Mehmet II, conquérant de Constantinople, ou encore Soliman le Magnifique, tous font l’objet de fictions à la chaîne.