Nicolas Cheviron

Ses Derniers articles

  • Canan Kaftancioglu : «La fin de l’AKP est proche et inévitable»

    Par
    Canan Kaftancioglu en meeting. © CHP Canan Kaftancioglu en meeting. © CHP

    Présidente du parti d’opposition social-démocrate CHP à Istanbul et personnalité atypique de la scène politique turque, Canan Kaftancioglu a été condamnée en septembre à neuf ans et huit mois de prison pour d’anciens tweets. Elle revient sur ce verdict, la Syrie et la politique en Turquie.

  • Derrière l’intervention militaire en Syrie, la Turquie réprime ses Kurdes

    Par
    Plusieurs centaines de manifestants kurdes dénoncent la détention du maire de Diyarbakir et l'intervention de l'armée turque au Rojava, le vendredi 25 octobre 2019 à Diyarbakir. © NC Plusieurs centaines de manifestants kurdes dénoncent la détention du maire de Diyarbakir et l'intervention de l'armée turque au Rojava, le vendredi 25 octobre 2019 à Diyarbakir. © NC

    Pendant que l’armée turque prend pied dans le nord-est de la Syrie pour mettre fin à l’expérience de l’entité kurde autonome du Rojava, la police et la justice mettent les bouchées doubles en Turquie pour démanteler l’opposition politique kurde.

  • En lançant l’offensive en Syrie, Erdogan mène aussi une guerre intérieure

    Par
    Le président turc Erdogan à Belgrade (Serbie) le 7 octobre 2019. © REUTERS/Djordje Kojadinovic Le président turc Erdogan à Belgrade (Serbie) le 7 octobre 2019. © REUTERS/Djordje Kojadinovic

    Derrière les motifs sécuritaires et humanitaires affichés par Ankara pour justifier l’intervention de son armée contre la région kurde syrienne du Rojava, l’opération « Source de paix » vise à affaiblir et diviser l’opposition après les déboires électoraux du parti présidentiel.

  • Trump entretient la confusion sur la Syrie

    Par

    En ordonnant le retrait des troupes américaines présentes sur place, Donald Trump a levé le principal obstacle à une intervention de l’armée turque dans le nord-est de la Syrie. Mais les résistances du Pentagone et du département d’État pourraient perturber les plans d’Ankara. 

  • Le nouveau maire d’Istanbul résiste au pouvoir d’Erdogan

    Par
    Ekrem Imamoglu lors d'une marche organisée dans le cadre de la Semaine européenne du mouvement, le 22 septembre. © DR Ekrem Imamoglu lors d'une marche organisée dans le cadre de la Semaine européenne du mouvement, le 22 septembre. © DR

    Depuis son élection, le 23 juin, Ekrem Imamoglu met l'accent sur la lutte contre la corruption et la bonne gestion. Au fil de cette lutte, l’élu social-démocrate, qui effectue à Paris mardi 1er octobre et mercredi sa première visite hors de Turquie, s’affirme comme un concurrent redoutable pour le chef d’État islamo-conservateur.

  • Dans les champs turcs de noisetiers, le goût amer du Nutella

    Par
    Saisonnière kurde récoltant des noisettes. © NC Saisonnière kurde récoltant des noisettes. © NC

    À elle seule, la région turque de la mer Noire assure 70 % de la production mondiale de noisettes. Une mine d’or pour le géant de la pâte à tartiner Ferrero, principal acheteur des noisettes turques, mais pas pour la myriade de petits producteurs locaux, contraints de faire travailler dans des conditions difficiles des saisonniers kurdes ou arabes. Premier volet de notre série sur Nutella.

  • L’ex-lieutenant d’Erdogan Ali Babacan s’apprête à créer son propre parti

    Par

    L’ancien maître à penser de la politique économique turque a présenté lundi sa démission du parti présidentiel AKP et s’apprête à créer sa propre formation. Soutenu par des figures historiques de l’AKP, il se fixe pour objectif prioritaire l’abrogation du régime autoritaire mis en place par le Reis.

  • Six ans après, la justice turque règle ses comptes avec Gezi

    Par
    Vue d'ensemble de la salle d'audience. © Tarik Tolunay Vue d'ensemble de la salle d'audience. © Tarik Tolunay

    Le procès de seize figures de proue de la société civile turque, accusées d’avoir planifié et dirigé en 2013 le vaste mouvement de protestation de Gezi dans le but de renverser le gouvernement d’Erdogan, s’est ouvert à Istanbul. Les avocats de la défense dénoncent un règlement de comptes et une tentative d’intimidation de l’opposition.

  • A Istanbul, Erdogan connaît son plus grand échec en dix-sept ans de pouvoir

    Par
    Dans la soirée du 23 juin, à Istanbul. © NC Dans la soirée du 23 juin, à Istanbul. © NC

    Le président turc Recep Tayyip Erdogan n’avait pas admis l’élection, fin mars, d’un maire d’opposition à la tête de la plus grande municipalité de Turquie et avait obtenu l’annulation du scrutin. Trois mois plus tard, son candidat essuie une cuisante défaite, lourde de conséquences pour le reis. Le résultat du scrutin a donné lieu à des scènes de liesses comme on n’en avait pas vu dans les bastions stambouliotes de l’opposition depuis le mouvement antigouvernemental de Gezi en mai-juin 2013.

  • Le parti d’Erdogan perd l’élection municipale d’Istanbul

    Par
    Binali Yildirim, le candidat AKP à la municipale, avenue Aksemsettin dans le quartier populaire de Sancaktepe, dans l’est d’Istanbul. © NC Binali Yildirim, le candidat AKP à la municipale, avenue Aksemsettin dans le quartier populaire de Sancaktepe, dans l’est d’Istanbul. © NC

    Le candidat de l’opposition, Ekrem Imamoglu, a emporté la municipalité d’Istanbul avec 54 % des voix  contre 45 % pour le candidat du président turc. Cette victoire marque un terme à vingt-cinq ans de pouvoir du parti Recep Tayyip Erdogan dans la principale ville du pays. Ce résultat s’avère décisif pour l’avenir du pays.