Au Japon, le mouvement #MeToo prend de l’ampleur

Un responsable administratif du ministère des finances japonais a démissionné le 18 avril après avoir été accusé de harcèlement sexuel par une journaliste.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Peu actif au Japon, le mouvement #MeToo de dénonciation des violences sexuelles et sexistes a tout de même eu quelques répercussions. Selon Le Monde, il commencerait même à prendre de l’ampleur. Le plus haut responsable administratif du ministère des finances a démissionné le 18 avril après avoir été accusé de harcèlement sexuel par une journaliste.