Cent ans après Zapata, les paysans mexicains stagnent dans la misère

Par

Un siècle après la grande révolution, les terres collectives et les petites propriétés abondent. Malgré cette situation unique sur un continent connu pour ses grandes propriétés latifundiaires, la paysannerie est dépassée par les politiques néolibérales des années 1980 et le trafic de drogue.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Une correspondance depuis Mexico de Raphaël Morán