Damas condamné par la justice américaine pour la mort de Marie Colvin

Par

La reporter de guerre américaine avait péri dans le bombardement par les forces armées syriennes d’un centre de presse clandestin d’un quartier rebelle de Homs, le 22 février 2012. Elle couvrait ce que le monde appelait alors la révolution syrienne, pour le journal britannique Sunday Times. Elle mourut dans une maison du quartier réfractaire de Baba Amr, où elle se trouvait avec le photojournaliste français Rémi Ochlik, 28 ans, de l’agence IP3 Press, qui a été tué dans la même attaque. Caroline Hayek, de L'Orient-Le Jour (Beyrouth), relate l'écho judiciaire de ce drame.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Damas a été condamné pour la première fois par un tribunal américain, le 30 janvier 2019, à verser plus de 300 millions de dollars aux proches de la journaliste Marie Colvin, tuée en 2012 en Syrie avec le photographe français Rémi Ochlik. La reporter américaine de 56 ans et le photographe de 28 ans avaient péri dans le bombardement d’un centre de presse clandestin du quartier rebelle de Baba Amr, à Homs, le 22 février 2012. Le raid avait également fait trois blessés : le photographe britannique Paul Conroy, la journaliste indépendante française Édith Bouvier et le traducteur syrien Waël el-Omar.