En Allemagne, bons chiffres et mauvaises pratiques de la libéralisation du rail

Par

Il y a plus de vingt ans, la SNCF allemande s’est transformée en société privée. Les résultats financiers sont solides, les embauches à la hausse et des lignes ont rouvert. Mais le manque d'investissements est criant et des accidents ont terni son image.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Berlin (Allemagne), de notre correspondant. – Les cheminots allemands l’ont-ils fait exprès ? Alors que le 22 mars, les syndicats français lançaient leur première journée de grève contre la réforme de la SNCF, la compagnie des chemins de fer allemands Deutsche Bahn AG (DB), toujours détenue par l’État, mais transformée en société privée par actions il y a plus de vingt ans (en 1994), présentait ses résultats 2017 à Berlin.