Thomas Schnee

Ses Derniers articles

  • Interdiction du diesel: le lobby automobile allemand contre-attaque

    Par
    L'interdiction faite aux véhicules diesels de circuler dans le centre-ville de Hambourg est entrée en vigueur le 1er mai 2018. © Reuters L'interdiction faite aux véhicules diesels de circuler dans le centre-ville de Hambourg est entrée en vigueur le 1er mai 2018. © Reuters

    Conséquence de l’affaire Volkswagen, plusieurs grandes métropoles allemandes ferment leur centre-ville aux véhicules diesels. Mais le très puissant lobby politico-industriel réagit.

  • Pourquoi l’Allemagne continue de verser des retraites à d’anciens nazis

    Par
    Le mémorial de l'Holocauste à Berlin. © Reuters / Fabrizio Bensch. Le mémorial de l'Holocauste à Berlin. © Reuters / Fabrizio Bensch.

    Comment est-il possible que l’Allemagne continue de verser des pensions d’invalidité à des dizaines de milliers de personnes ayant servi comme soldat ou membre d’organisations de sécurité sous le régime nazi ? Entretien avec l’historien Stefan Klemp, auteur d’un rapport sur ce sujet.

  • En Allemagne, la greffe des «gilets jaunes» s’annonce difficile

    Par
    Des syndicalistes allemands de Verdi vêtus de gilets jaunes, le 10 janvier 2019 à Düsseldorf. © Reuters/Wolfgang Rattay Des syndicalistes allemands de Verdi vêtus de gilets jaunes, le 10 janvier 2019 à Düsseldorf. © Reuters/Wolfgang Rattay

    Des récupérations du mouvement des gilets jaunes français se sont multipliées en Allemagne, à gauche comme à l’extrême droite. Mais la solidité des syndicats et l’organisation fédérale du pays limitent les possibilités d’une véritable greffe du mouvement outre-Rhin.

  • L’Allemagne paye le prix fort pour arrêter le charbon en 2038

    Par
    La centrale à charbon de Jänschwalde (Brandebourg). © Reuters La centrale à charbon de Jänschwalde (Brandebourg). © Reuters

    Les arbitrages sur la sortie du charbon ont été rendus publics samedi. Les industriels, les régions minières et le syndicat de l’énergie ont réussi à obtenir un compromis « historique » qui coûtera au moins 80 milliards d’euros. Les défenseurs du climat s’arrangent avec une sortie certes trop lente à leurs yeux, mais irréversible.

  • Maintien de l’ordre: l’Europe à l’heure de la répression

    Par , et Laura Guien
    Pendant une manifestation à Barcelone, le 21 décembre 2018. © Reuters Pendant une manifestation à Barcelone, le 21 décembre 2018. © Reuters


    Si la répression qui s’est abattue en France sur les gilets jaunes est sans précédent, certains pays européens connaissent depuis des années de fréquentes violences policières, qui sont souvent restées impunies. Tour d’horizon.

  • L’Allemagne veut attirer plus de travailleurs qualifiés non européens

    Par
    Les ministres de l'intérieur Horst Seehofer (à gauche) et de l'économie Peter Altmaier le 19 décembre 2018 à Berlin © Reuters / Fabrizio Bensch. Les ministres de l'intérieur Horst Seehofer (à gauche) et de l'économie Peter Altmaier le 19 décembre 2018 à Berlin © Reuters / Fabrizio Bensch.

    Le gouvernement allemand a adopté mercredi 19 décembre la première loi de son histoire sur la régulation de l’immigration de travailleurs non européens. Malgré les critiques de syndicats allemands, elle témoigne d'un pragmatisme sur les questions migratoires, loin des crispations du débat public entretenues par l’extrême droite.

  • Annegret Kramp-Karrenbauer doit réunir une CDU profondément divisée

    Par
    Lors du congrès de la CDU à Hambourg, le 8 décembre 2018. © Reuters Lors du congrès de la CDU à Hambourg, le 8 décembre 2018. © Reuters

    En Allemagne, la nouvelle présidente de la CDU a été élue avec seulement 35 voix d’avance sur son challenger Friedrich Merz. Sa victoire, vue comme une garantie de stabilité, va permettre à Angela Merkel, en principe chancelière jusqu’en 2021, de régler sa succession plus en douceur. Mais AKK doit recoller les morceaux d’un parti qui se déchire depuis la crise des réfugiés. 

  • «AKK» succède à Angela Merkel à la tête de la CDU

    Par
    Annegret Kramp-Karrenbauer et Angela Merkel le 7 décembre, à Hambourg. © Reuters Annegret Kramp-Karrenbauer et Angela Merkel le 7 décembre, à Hambourg. © Reuters

    Annegret Kramp-Karrenbauer a été élue vendredi à la présidence de l’Union chrétienne démocrate (CDU), où elle succédera à Angela Merkel. Considérée comme l'héritière de la chancelière allemande, Kramp-Karrenbauer l’a emporté face à Friedrich Merz au second tour de scrutin auquel participaient les 1 001 délégués du parti réunis à Hambourg.

  • «AKK», la protégée de Merkel, fait trembler les mâles de la CDU

    Par
    Annegret Kramp-Karrenbauer, le 5 décembre. © Reuters Annegret Kramp-Karrenbauer, le 5 décembre. © Reuters

    Qui succédera à Angela Merkel à la présidence de la CDU ? La question est au cœur du congrès du parti conservateur allemand, qui se tient jusqu’à samedi à Hambourg. L’enjeu est d’autant plus grand que le vainqueur risque fort d’accéder à la chancellerie, au plus tard en 2021. Face à l’outsider Friedrich Merz, Annegret Kramp-Karrenbauer, la candidate désignée par Merkel, semble en bonne position pour l’emporter.

  • Pourquoi les Allemands rejettent l’armée européenne de Macron

    Par

    En dépit des déclarations de la chancelière en faveur d’une coopération avec la France, les milieux allemands de la Défense considèrent la création d’une « armée européenne » comme irréaliste et contre-productive. Ce rapprochement se heurte à des cultures politiques, stratégiques et industrielles différentes des deux côtés du Rhin.