Des réfugiés sans havre de paix: la mort de la Convention de Genève

Par

Plus de quarante migrants ont péri en Libye à la suite du bombardement du centre de détention dans lequel ils étaient enfermés. C’est vers ce pays, et dans des camps similaires, qu’auraient été renvoyés les naufragés du Sea-Watch 3, si la capitaine de ce navire humanitaire n’avait pas fait acte de désobéissance civile.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est vers la Libye, considérée comme un « port sûr » par les dirigeants de l’Union européenne, que le Sea-Watch 3, portant à son bord une quarantaine de migrants épuisés, aurait dû être renvoyé si la capitaine Carola Rackete n’avait pas passé outre les instructions qui lui avaient été données.