Après la fin d’ETA, apprende à se (re)parler

Après 60 ans d’existence et plus de 800 morts, le groupe séparatiste ETA se dissout. Les divisions laissées à travers le Pays basque espagnol, elles, sont encore bien présentes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans plusieurs communes, des mairies tâchent depuis plusieurs années de reconstruire le vivre ensemble. À Beasain, petite ville industrielle de 14 000 habitants en plein milieu du Pays basque espagnol, la vie est marquée par l’ETA. La mairie a invité les citoyens à organiser un groupe de discussion entre habitants de sensibilités très différentes.