Face à la Chine, la diplomatie européenne entre coopération et confrontation

Par

Pour les démocraties libérales, la Chine est à la fois une puissance incontournable et une autocratie fermée, accusée de politique génocidaire. En Europe comme aux États-Unis, analysent nos invités Sylvie Bermann et Antoine Bondaz, les dirigeants politiques recherchent un nouvel équilibre entre coopération, compétition et confrontation. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Grande puissance économique intégrée à la mondialisation, la Chine est devenue la principale rivale stratégique des États-Unis. De leur côté, les Européens et les Français apprennent aussi à régler leur pratique diplomatique à l’égard d’un État qui se présente à la fois comme incontournable, et comme une dictature à parti unique accusée d’une politique génocidaire à l’égard des Ouïghours.