Alain Juppé dénonce «l'entêtement absurde» de Laurent Gbagbo

Par
Alors que les combats se sont calmés ce mercredi à Abidjan, Laurent Gbagbo n'a pas encore reconnu la victoire de son rival Alassane Ouattara, mais serait en train de négocier les conditions d'une reddition. Pour Alain Juppé, ces conditions sont «la seule chose qui reste à négocier». Le chef de la diplomatie française a dénoncé «l'entêtement absurde» du président sortant.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

9h. L'information de l'agence Reuters qui annonçait mardi soir le départ de Laurent Gbagbo a été démentie par l'Élysée et l'Onu. Le président sortant, retranché dans un «bunker» de sa résidence d'Abidjan, refuserait toujours de reconnaître la victoire de son adversaire Alassane Ouattara. Interrogé ce matin sur France Info, le chef de la diplomatie française, Alain Juppé, a affirmé que les «conditions» de la reddition de M. Gbagbo étaient «la seule chose qui reste à négocier». «Nous avons demandé à l'Onu de lui garantir son intégrité physique, ainsi qu'à sa famille [...] et d'organiser les conditions de son départ», a ajouté le ministre qui a également dénoncé «l'entêtement absurde» de M. Gbagbo. Les combats se sont calmés à Abidjan ce mercredi matin.