L'armée syrienne lance une offensive sur Idlib, dit rebelle

Par
L'armée syrienne et ses alliés ont lancé des attaques au sol dans la province d'Idlib, dernier grand bastion rebelle dans le nord-ouest de la Syrie, après plusieurs jours de pilonnages d'artillerie et raids aériens, a déclaré lundi un responsable rebelle.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

BEYROUTH (Reuters) - L'armée syrienne et ses alliés ont lancé des attaques au sol dans la province d'Idlib, dernier grand bastion rebelle dans le nord-ouest de la Syrie, après plusieurs jours de pilonnages d'artillerie et raids aériens, a déclaré lundi un responsable rebelle.

L'agence officielle syrienne Sana a rapporté lundi que les forces gouvernementales avaient "élargi leur réponse aux violations" par la rébellion d'un accord conclu en septembre dernier entre la Russie et la Turquie pour éviter une offensive majeure sur la région.

Un journaliste de la chaîne Ikhbariya TV, sous contrôle de Damas, a cependant déclaré que les frappes restaient limitées à l'artillerie et l'aviation. L'armée "pourrait recourir à une opération terrestre à un certain point", a-t-il ajouté.

Les combats se concentrent en bordure sud-ouest de l'enclave, près de la ville de Kafr Nabouda, contrôlée par les rebelles, a déclaré Nadji Moustafa, porte-parole du Front de libération nationale soutenu par la Turquie.

"Ce matin depuis l'aube, le régime a entamé de violents bombardements", a-t-il dit, ajoutant que les rebelles avaient repoussé plusieurs attaques des forces gouvernementales en direction des localités d'Al Djanabara et Tel Othman.

"C'était la première fois qu'ils tentaient une vaste offensive" depuis le début des bombardements, a-t-il ajouté.

Les pilonnages ont fait environ 160.000 déplacés depuis le 28 avril, a déclaré Ahmad al Dbis, de l'Union des Organisations de Secours et Soins Médicaux (UOSSM), qui s'occupe d'installations médicales dans la région.

"Si le régime continue à progresser comme ça, il y aura une grave catastrophe humanitaire. Plus il avance et plus il vise des localités de plus en plus grandes", a-t-il expliqué.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale